Une perle cachée

La grande Histoire, le sable fin et le fleuve Guadiana sont le cœur de Vila Real de Santo António. Cette municipalité située en Algarve, à la frontière espagnole, est un petit paradis à l’abri des regards, qui n’attend qu’à être connu.

Vila Real de Santo António possède tout le charme et l’authenticité du sud de l’Algarve. Son artisanat, ses marais salants, ses muxamas (poissons séchés) et son architecture offrent aux visiteurs de nombreuses attractions modernes, qui semblent toutefois perdues dans le temps.

Ce lieu, tel que nous le connaissons aujourd’hui, est en grande partie l’œuvre du marquis de Pombal. Après le tremblement de terre de 1755 et la reconstruction de Lisbonne, il a décidé d’intervenir dans le Royaume de l’Algarve. En raison de sa position privilégiée, il était urgent d’éviter la contrebande et de contrôler le commerce ; ainsi, le bâtiment des douanes a été le premier achevé en 1776. L’idée de l’homme d’Etat (dont on peut contempler la statue sur l’artère principale) était en fait de reproduire le travail effectué dans la Baixa lisboète, un quartier à la géométrie parfaite et aux dimensions proportionnelles. 

Uni et aéré, le centre se termine sur la place Marquês de Pombal, où se trouvent l’hôtel de ville et l’église de Nossa Senhora da Encarnação. Ce monument d’apparence modeste et néoclassique cache un intérieur riche et baroque, de belles chapelles latérales, des peintures du XVIIIe siècle et un autel conçu par Joaquim Machado Castro. Les vitraux, ajoutés dans les années 1940, ont été créés par le peintre Joaquim Rebocho et ont remplacé les verres transparents d’origine, qui permettaient à la lumière naturelle de pénétrer. Une obélisque érigée en 1775, ainsi que la mairie récemment restaurée selon son plan original mais dont l’aspect reste très contemporain, dominent la place. 

Les rues foisonnent de magasins modernes ou traditionnels, qui semblent appartenir à une autre époque, notamment ceux de textiles. Un flot de passants inonde la ville en fin de semaine et se retrouve aux stands des producteurs locaux pour acheter des céramiques, du liège ou encore du miel. Pour une pause café post-shopping, le Cantinho do Marquês accueille depuis toujours les visiteurs, qui le considèrent comme l’un des plus emblématiques lieux de la ville. Le Centro Cultural António Aleixo n’est à manquer sous aucun prétexte. Cette ancienne caserne militaire a été transformée en marché entre 1925 et 1998, mais accueille aujourd’hui des expositions, des pièces de théâtre, des spectacles de musique et de danse, ainsi que des conférences. 

Coté gastronomie, les habitants vous conseilleront probablement leur meilleure adresse, le Cuca. Situé dans la rue Doutor Sousa Martins, ce restaurant simple propose une cuisine traditionnelle portugaise, dont la spécialité est le poisson frais grillé. Les grands classiques sont toujours à la carte, le bar, la daurade et les sardines, mais si la pêche a été bonne, on peut jeter son dévolu sur des mullus ou des anchois. Un pichet de vin et un dessert maison accompagneront à merveille votre repas. 

Les nombreux touristes ibériques rappellent aussi que l’Espagne n’est qu’à un pas. Un détour par Ayamonte, de l’autre côté de la frontière, est pratiquement indissociable d’un séjour réussi. Oubliez le pont moderne sur le Guadiana, et faites comme nous l’ont suggéré les réceptionnistes du Grand House Hotel : « Allez-y en bateau ! » Un ferry relie les deux localités et permet une traversée en une dizaine de minutes pour moins de 2 euros.

La voisine espagnole, qui a conservé son charme médiéval et ses influences mauresques, regorge de bars et de cafés où déguster de fameux tapas. L’église Nuestra Señora de las Angustias a été reconstruite en 1755 après le séisme et donne son nom à l’une des plus populaires festivités locales. Parfaite illustration de l’architecture coloniale bourgeoise de l’Andalousie, la Casa Grande, en face de la Plaza de Rosario, date de 1745 et est aujourd’hui un point de rencontre culturel et une salle d’exposition (entrée libre). 

De retour côté portugais, la promenade peut être complétée par une visite aux Archives historiques municipales António Rosa Mendes. L’histoire de la ville et de son industrie des conserves, autrefois florissante, y sont retracées.

L’Algarve est traversée d’un bout à l’autre, soit sur 214 km, par une piste cyclable très fréquentée dans cette partie de la région. Le vélo, sans doute le meilleur moyen de transport, permet de profiter des nombreux attraits qu’offrent les paysages et de se déplacer vers les communes voisines, comme Monte Gordo. Cette dernière, une destination de vacances familiale prisée par les Portugais, est célèbre pour ses immenses étendues de sable et ses eaux chaudes. La plage de Vila Real de Santo António, méconnue et mitoyenne, est tout aussi idyllique. Grâce à une passerelle, il est possible de rejoindre ce paradis caché depuis l’avenue de la République, mais aussi d’explorer le littoral environnant, comme Cacela Velha ou encore Praia Verde et sa belle pinède. Les bords du fleuve ont également été aménagés et offrent des lieux de loisirs et de détente incontournables, notamment à Odeleite ou Ribeira de Cadavais.

Les villages alentours constituent un patrimoine trop souvent ignoré des touristes. C’est le cas, par exemple, de Castro Marim et de son château, ou encore d’Alcoutim et de sa tyrolienne qui permet de traverser le Guadiana, suspendu à un câble de 720 m. Laissez tomber les préjugés, venez découvrir ce bijou gardé secret et qui vous laissera sans voix. 

Ana Tavares

Share this story

PinIt