Source de santé

FAMILIA_LUSO

Pure et bienfaisante, de nom et tradition, il n’y a pas d’eau plus portugaise que l’eau de Luso.

Texte Alexandra Stilwell

« Aussi naturelle que votre soif «, c’est ce que l’eau de Luso prétend être. On la retrouve dans tous les restaurants et cafés du Portugal, en bouteille plastique ou verre, avec ou sans gaz et, plus récemment, avec des saveurs fruitées. C’est l’eau la plus portugaise qu’il y ait, non seulement à cause de son nom, mais parce qu’elle est aimée par tous et fait partie de la vie quotidienne des portugais depuis plus d’un siècle.

L’eau minérale Luso fait surface dans le petit village qui lui a donné son nom, au pied de la Serra do Buçaco, à environ 230 km au nord de Lisbonne. Elle provient des eaux de pluie qui infiltrent les roches quartzites de la montagne. Après avoir atteint 500 mètres de profondeur, la route de l’aquifère se termine à Luso, où l’eau naît à la température de 28ºC. Ce qui permet de prendre un « bain thermal », reconnu pour ses vertus médicinales, en particulier pour le traitement de la peau, au joli Spa de Luso.

Cette année, l’eau minérale la plus ancienne du pays et sans aucun doute la plus populaire, fête ses 165 ans. En fait, pour être plus exact, elle a été mise en bouteille pour la première fois il y a 123 ans. La popularité croissante de l’eau de cet aquifère, déjà célèbre pour ses qualités thérapeutiques depuis 1726, a conduit à la construction du premier Spa thermal de Luso, en 1838, et à la création de la « Société pour l’Amélioration des Bains de Luso en 1852. 42 ans plus tard elle fut mise en bouteille et, en 1916, la « Sociedade de Água de Luso » a été fondée.

C’est à partir du milieu du XIXe siècle, que les eaux thermales portugaises ont commencé à être analysées afin de déterminer leur composition chimique. En 1903, le chimiste français Charles Lepierre, dont la recherche dans ce domaine doit être soulignée, vérifiait la pureté bactérienne de l’eau de Luso, la classant comme étant « Extrêmement Pure »!

En quelques décennies, l’eau née dans le village au nom le plus portugais – une coïncidence que même le plus créatif des directeurs de marketing ne pourrait créer – est devenue bien connue, au point d’être devenue une sorte d’icône informelle du pays.

Aujourd’hui l’eau de Luso est le leader du marché national. Au total, avec toutes ses différentes marques et sous-marques, elle a vendu 192 millions de litres en 2012 (source: Nielsen), dont environ un dixième est exporté vers une trentaine de pays, en particulier la France, le Luxembourg, la Suisse, les États-Unis et le Canada et les pays lusophones d’Afrique.

Luso, qui appartient à la « Sociedade Central de Cervejas e Bebidas » – actuellement intégrée dans le groupe multinational Heineken – prétend être « l’eau préférée des Portugais «. De plus, depuis 2000, ses produits portent le sceau du « certificat de produit de marque », la première et seule marque d’eau dans le monde à l’obtenir. Cela signifie que toutes les étapes de production, à partir du captage de l’eau, à l’expédition des bouteilles, sont rigoureusement contrôlées.

Contrairement à ce que l’on dit généralement, que l’eau est insipide et inodore, ceux qui boivent l’eau de Luso sentent bien la différence. Elle a un “goût léger et agréable”, selon Charles Lepierre, certains disent même qu’elle est “douce”.

Le composant du goût a gagné, au cours des dernières années, une nouvelle perspective. Depuis 2005, la marque a lancé, successivement, les gammes Luso Fresh, Formas Luso, Ritmo Luso et enfin, Luso Fruta, ajoutant divers arômes de fruits (sans colorants, ni conservateurs) au liquide capturé dans son état pur.

Vu sa composition chimique elle est indiquée dans la préparation d’aliments pour bébés, en raison de sa faible minéralisation; pour l’hypertension, en raison de sa faible teneur en sodium et contribue à la beauté de la peau, en raison de la forte teneur en silice. Après tout, c’est une eau minérale avec une composante thermale. À votre santé!

Charles Lepierre (1867 – 1945)
Un proéminent chimiste français, Charles Lepierre a développé presque entièrement son activité scientifique et professionnelle au service du Portugal. Lepierre a produit un travail scientifique vaste et diversifié, qui comprenait l’application de la chimie aux ressources naturelles, à la médecine et à l’industrie. L’analyse des eaux minérales portugaises fut sans aucun doute son travail de laboratoire le plus vaste.

Share this story

PinIt