« Établir une connexion entre les touristes et les locaux autour de la table»

Joana Glòria a créé la plate forme Eat at a local’s. Depuis mars, si vous êtes en voyage et que vous voulez découvrir la vraie culture portugaise, il vous suffit de vous inscrire sur le site et vous pourrez dîner chez des locaux.

Comment avez-vous eu cette idée ?

En fait, quand ma grand-mère est revenue au Portugal après avoir passé sa vie au Maroc, elle a acheté une grande maison. Une fois ces enfants partis, elle l’a transformée en Guest House. Enfant, je passais mes vacances là bas, il y avait des touristes du monde entier et j’adorais ça. Donc logiquement, en 2014 après des études en gestion hôtelière, j’ai ouvert ma propre maison d’hôtes de 10 chambres, à Lagos. A partir de là, j’ai remarqué que mes clients préféraient rester avec moi quand je leur proposais quelque chose à manger plutôt que d’aller au restaurant. J’ai compris que ce qu’ils voulaient c’était partager la vie des locaux, se rapprocher de la culture portugaise. Mais c’était fatigant, alors je suis partie à Lisbonne avec l’idée de monter un projet toujours lié au tourisme, mais cette fois, digital. Un soir, une amie m’a confiée qu’elle aimerait bien recevoir des touristes chez elle, pour leur montrer notre véritable gastronomie. Le lendemain, au réveil, tout était clair : je devais établir une connexion entre les touristes et les locaux autour de la table.

Comment ça fonctionne?

Nous sommes l’intermédiaire entre une personne qui propose un dîner chez elle et le ou les participants. Chacun doit s’inscrire sur notre site. L’amphitryon doit impérativement être Portugais, je peux faire une exception si il est installé ici depuis longtemps et qu’il connaît bien la culture lusophone. Pour le reste, il faut simplement aimer recevoir et savoir cuisiner.

Qui participe?

Bien sur des étrangers, mais aussi des portugais qui voyagent dans le pays, et veulent découvrir la vraie gastronomie de la région qu’ils visitent. Nous avons des demandes dans le nord et dans le sud, dans l’Alentejo, à Viseu, Aveiro, Lisbonne, Porto et même à Madère et aux Açores.

Quel est le profil des maîtres de maison?

Ce sont des personnes à la recherche d’une nouvelle expérience, qui veulent rencontrer des gens d’autres pays ou régions, et qui aiment cuisiner. Certains sont des professionnels, d’autres non. Ce sont surtout des personnes curieuses et qui aiment recevoir.

Comment les menus sont-ils élaborés et qui fixe le prix ?

Les participants doivent donner leur menu à l’avance et fixer eux-mêmes leurs prix. Je n’entre en rien dans le choix du menu, même si parfois les invitants voudraient mon approbation, mais ce serait trop difficile à gérer, je veux qu’ils soient indépendants. Je ne suis que l’intermédiaire.

Comment peuvent-ils se différencier ?

En ajoutant une activité. Par exemple, si quelqu’un prépare du poisson, il peut parfaitement emmener ses invités avec lui au marché, pour leur faire découvrir ce lieu où ils n’iraient pas forcément en temps normal. L’année dernière je suis allée dans le Douro, et un futur participant m’a contactée pour m’inviter. C’était dans un domaine viticole de Porto, j’ai eu droit à une dégustation, une visite, et j’ai même pu tirer du vin dans une bouteille que j’ai ensuite emportée avec moi.

Avez-vous déjà dit non à une demande?

Oui, la semaine dernière, pour un dîner végétarien. J’ai trouvé l’idée très bonne, surtout qu’au Portugal nous en avons la possibilité, à condition que l’hôte n’oublie pas de faire le lien avec la cuisine et les produits locaux. En l’occurrence le problème n’était pas sur le choix du menu, mais la personne semblait plus intéressée par l’aspect financier que par celui de partage, et manquait par ailleurs totalement d’organisation. J’ai donc refusé.

Pensez-vous à une éventuelle expansion à l’internationale?

Mon but est de promouvoir la culture portugaise, d’abord ici, mais bien sur, aussi à un niveau mondial, car nous avons beaucoup de compatriotes éparpillés un peu partout. J’adore le nom Eat at a local’s, alors pourquoi pas franchiser le principe. Une fois qu’on aura consolidé le projet sur la péninsule, peut être que d’ici deux trois ans on pourra s’exporter.

Pourquoi les gens se tournent vers vous ?

Il y a de très bons restaurants à Lisbonne, mais parfois on est déçu du service. Je crois que de plus en plus de personnes cherchent la convivialité et la sympathie. Certains se tournent vers des restaurants chics, d’autres vers la cuisine internationale, il en faut pour tous les goûts. Et puis, le partage et l’accueil d’inconnus à notre table font partie de notre culture. Je crois que les plats sont une excuse pour se réunir et faire de nouvelles rencontres.

Un mot pour la fin ?

Si vous cherchez une expérience authentique, que vous voulez bien manger et rencontrer de vrais portugais, venez sur notre site et inscrivez vous!

Share this story

PinIt