Un épicurisme bucolique

Le Torre de Palma Wine Hotel semble perdu dans le temps et dans son paysage rural, mais rassemble avec brio tous les éléments dus à son rang, celui d’un 5 étoiles.

À quelques kilomètres de Monforte et d’Estremoz, Torre de Palma, domine les vignes et les champs d’oliviers depuis des siècles. Les Basilii, des Romains producteurs de vin et d’huile d’olive, ont été les premiers à occuper ces terres, jusqu’à leur acquisition par la famille royale. Le roi Dom Afonso IV, avait offert la propriété à son frère illégitime, Pedro Afonso, en gage de paix, et après 500 ans sous l’égide de la couronne portugaise, c’est un riche commerçant de Lisbonne, Jacinto da Silva Flacao qui en est devenu propriétaire. En 1974, pendant la période post-révolutionnaire de la réforme agraire, la demeure a été occupée par des ouvriers, puis abandonnée, avant que Paulo et sa femme Isabel ne découvre son existence. Ce couple de pharmaciens, d’origine alentejana mais installé à Coimbra, a littéralement « flashé  sur la  tour », et transformé les ruines en un hôtel 5 étoiles, le Torre de Palma Wine Hotel.

Les acteurs de ce changement, l’architecte João Mendes Ribeiro et la décoratrice Rosarinho Gabriel, ont su conserver et respecter le paysage et l’âme des murs, tout en apportant une touche contemporaine. Les 19 chambres et suites disposent toutes d’un lit queen ou king size, d’une sale de bain privative et de toute la technologie, le confort et les infrastructures nécessaires au standing de l’établissement. Les hôtes peuvent profiter à loisir d’une piscine intérieure et extérieure, d’un SPA, de bains turcs et d’un jacuzzi, ou encore, de traitements, soins et massages spécifiques à réserver au préalable.

Le vin tient un rôle majeur au sein de ces lieux. En effet, le microclimat de la Serra de São Mamede et le sol argileux de la zone, sont propices à la culture vinicole. Les méthodes de productions suivent un plan intégré, qui favorise l’utilisation de mécanismes naturels de régulation. Dans les vignes, qui s’étendent à perte de vue sur 7 hectares, seuls des cépages nationaux sont cultivés : l’Aragonez, l’Alicante Bouschet, le Touriga Nacional et le Tinta Miúda pour les rouges, l’Antão Vaz, l’Arinto et l’Alvarinho pour les blancs. La cave organise des visites, des dégustations, et un rendez-vous mensuel, le Torre de Palma Wine Club, dédié à la présentation et à la promotion des crus de l’Alentejo.

La gastronomie de la région est appréciée dans tout le pays, aussi, le restaurant le Basilii ouvre ses portes aux clients ou non de l’hôtel, pour un voyage culinaire en toute simplicité, mais avec élégance. En cuisine, Filipe Ramalho, un enfant du cru, retravaille les plats traditionnels de son terroir, avec sophistication, en utilisant uniquement des produits locaux et biologiques. Bien que le chef confesse changer régulièrement les ingrédients de ses créations, en fonction des saisons, certaines sont assignées à résidence, et considérées comme des classiques. Le personnel aimable et dévoué, propose de commencer avec les deux fiertés de l’Alentejo, l’huile d’olive et le pain. Côté entrées, on retrouve notamment des spécialités revisitées, comme l‘açorda (soupe de pain, coriandre et ail) et les peixinhos da horta (courge frite dans une farine de châtaigne, accompagnée d’aïoli à la coriandre). Quant aux plats principaux, un bacalhau cuisiné de façon originale (morue marinée dans un jus de raisin Alicante Bouschet), est servi avec une myriade de légumes grillés, agrémentés de poudre d’olives noires. Les amateurs de viandes ne seront pas en reste, avec plusieurs options comme le porc noir, migas (ici à base de patates douces, chou et ail), pop-corn de lard, et champignons shitakés, ou encore une côte de bœuf, assortie d’une salade de cressons, de légumes sautés du jardin, ainsi que de salicornes. Enfin, pour conclure le repas en beauté, les desserts. On retrouve un arroz doce très particulier, puisqu’il s’agit d’un moelleux et d’une tuile de riz au lait, avec une boule de glace et un crumble à la cannelle, une crème et un macaron au citron. Le sommelier guide les invités vers des vins en totale harmonie avec les plats choisis, parmi les productions du domaine, ainsi que de nombreuses références nationales et internationales. La philosophie à Torre de Palma est aussi la soutenabilité, qui passe par la promotion et l’entraide avec les artisans et producteurs à kilomètre zéro. Aussi, des produits comme le miel, les fromages, la charcuterie ou le gin (de la marque Friends), sont utilisés en cuisine, et vendus dans la boutique de la propriété.

Pour obtenir 5 étoiles, un établissement doit suivre certaines conditions, notamment le respect de l’écologie. Torre de Palma Wine Hotel est l’un des premiers au Portugal à avoir obtenu la certification internationale Biosphère, attestant d’une durabilité environnementale, sociale et commerciale. L’énergie et l’eau chaude sont produites par des panneaux photovoltaïques, l’irrigation se fait goutte à goutte, et un système de rechargement Tesla pour toute voiture électrique ou hybride, est à disposition sur le parking.

Enfin, les activités ne manquent pas, en plus de celles évoquées en amont, il est possible d’effectuer un tour en montgolfière, ou à cheval. L’instructeur du centre équestre, fera par ailleurs découvrir aux fondus d’équitation, la race Lusitanienne, ainsi que les écuries qui datent de l’antiquité. Bref, l’offre du Torre de Palma Wine Hotel est complète, et comblera les goûts de chacun, à un prix des plus raisonnables vu la qualité des prestations, du lieu et du paysage.

Share this story

PinIt