Un architecte mondialement réputé

VLP#16 - Siza Vieira

Les œuvres d’Alvaro Siza Vieira au Portugal sont désormais publiées dans un livre

texte Cláudia Baptista | photos Nuno Cera

Justice est faite pour Álvaro Siza Vieira, le plus prestigieux de tous les architectes portugais. Malgré les multiples honneurs qu’il a déjà reçus, la reconnaissance internationale de son nom et de son travail, et l’acclamation générale des communautés d’architecture et non professionnelles, il manquait quelque chose: un livre, qui vient de se concrétiser. Publié par A + A Books, fondé par Maria Melo, Guia de Arquitetura, Álvaro Siza, Projectos Construidos em Portugal (Guide d’Architecture, Álvaro Siza, Projets Construits au Portugal) est un outil qui comble une lacune pour l’architecture et la culture en général. La publication documente les réalisations d’Álvaro Siza Vieira d’une manière académique et illustrative à travers une sélection de projets qui ont vu la lumière du jour, de 1954 à nos jours.

Né à Matosinhos en 1933, Álvaro Siza Vieira a étudié l’architecture à l’École des Beaux-Arts de Porto. Il a été influencé par de grands noms de renommée internationale, tels que Adolf Loos, Frank Lloyd Wright, Alvar Aalto et Le Corbusier. Cependant, il a inventé son propre langage avec des traits modernistes, sans aucun doute influencé par Fernando Távora, père de l’école d’architecture de Porto.

Quelques oeuvres de Siza Vieira – il est impossible de mentionner tous celles qui le méritent dans ce petit article – sont d’ authentiques emblèmes de paysages portugais et internationaux: La Casa de Chá da Boa Nova; Le Musée Serralves; L’Eglise de Marco de Canaveses; La Fondation Iberê Camargo à Porto Alegre, au Brésil, et bien d’autres répandues dans le monde entier, des États-Unis à la Corée du Sud. En fait, sa notoriété est venue plus rapidement à l’étranger qu’au Portugal, principalement à cause de commissions, telles que la restauration du quartier juif de Venise et le quartier de Kreuzberg à Berlin.

Mais plus qu’une explication détaillée des raisons du vaste échantillon de bâtiments érigés dans tout le pays, le guide offre un regard critique sur l’architecture en général, en utilisant des exemples d’un professionnel admiré qui a également enseigné des générations entières d’architectes dont les textes et les réflexions théoriques sur le métier, sont fondamentales pour comprendre le rôle d’un architecte dans le monde contemporain.

Álvaro Siza Vieira “rétablit l’architecture comme une activité éminemment artistique, poétique et curieuse, aussi intime qu’un carnet, aussi universel que les relations qu’il construit”. Ces mots d’un autre architecte, João Luís Carrilho da Graça, reflètent l’admiration pour son Maître. Il va plus loin, en ajoutant: «Cette subjectivité compositionnelle qui contredit la complexité de la réalité construite, n’a jamais été appliquée à l’architecture avec cette clarté».

Derrière une ligne claire et apparemment simple se trouve la complexité d’un penseur du rapport humaniste entre les villes, les espaces et les personnes. L’essence et la qualité du travail ne sont pas affectées par l’échelle. Le prix Pritzker décerné en 1992 a reconnu sa contribution exceptionnelle à l’architecture globale, tandis que le polyvalent Siza Vieira a également conçu des objets utilitaires et des meubles.

L’œuvre architecturale d’Álvaro Siza qui peut être appréciée – sous forme de musées et écoles et d’habitations sociales ou privées – est reproduite dans ce livre de deux façons: par photos et textes. Le photographe et cinéaste Nuno Cera, spécialiste en questions spatiales, architecturales et urbaines, a parcouru la longueur et l’étendue du pays pour capturer les bâtiments érigés à partir des projets de Siza Vieira.

Dans certains cas, il les place dans des «découpages poétiques par rapport à un espace», dans d’autres dans des «découpages de formes sur la matière et le lieu». En ce qui concerne la contribution de Nuno Cera, le critique António Guerreiro a écrit que “les photographies montrent que la tâche du photographe peut être définie par une métaphore architecturale: l’œil s’habille”, dans un dialogue avec l’objet photographié et son environnement, un jeu d’ombre et de lumière. “Dire que l’oeil du photographe “construit” signifie qu’il coupe les formes sur le plan de la réalité et leur donne la force abstraite des images.”

Les mots de Marta Sequeira contextualisent les photos, sous la forme de fiches d’information qui décrivent et humanisent le travail signé par Álvaro Siza Vieira. En lisant et en observant, on peut mieux comprendre la portée d’un architecte sensible qui construit de grands bâtiments, car il respecte ceux qui y vivent et parce qu’il reconnaît l’importance de leur environnement.

Share this story

PinIt