À pleines dents

VLP#22 - Couto

Nous avons testé le dentifrice Couto, une pâte médicinale qui embellit le sourire des portugais depuis plus de 85 ans.

Texte Alexandra Stilwell

Entre un choix interminable de boîtes bleues et blanches promettant des soins miraculeux, trois, quatre ou même cinq en un, l’on trouve une boîte qui de prime abord semble être dans le mauvais rayon. Une boîte orange avec une étiquette noire et blanche de style rétro. On dirait plutôt de la cire d’abeille ou un médicament. En fait, c’est une sorte de médicament, mais il s’agit également du dentifrice le plus ancien sur le marché Portugais: la pâte dentifrice Couto. Son unique affirmation: “Le dentifrice qui évite les affections buccales”.
À l’intérieur de cet emballage en carton se trouve un petit tube blanc, jaune et noir qui contient 60g de pâte blanche parfumée à la menthe poivrée. La «pâte médicinale Couto» a été crée à Porto en 1932 par Alberto Ferreira Couto, avec l’aide d’un ami dentiste, afin de lutter contre les problèmes de gencives causés par la syphilis. Le succès de ce produit révolutionnaire fut tel à l’époque qu’aujourd’hui encore, pour les générations plus âgées, “Pasta Couto” est synonyme de dentifrice.
Aujourd’hui, la famille Couto dirige toujours l’entreprise, sous la direction d’Alberto Gomes da Silva, neveu du fondateur auquel il a succédé après son décès en 1974. Mais en 85 ans d’activité bien des choses ont changé. La marque Couto a passé un “moins bon” moment lorsqu’elle a été contrainte de changer – en raison des règles de l’Union Européenne – le nom “pâte médicinale” pour “dentifrice”. « Un jour », se rappelle Alberto Gomes da Silva, « les gens d’Infarmed (autorité nationale des médicaments et des produits de santé) sont arrivés et nous ont ordonné de cesser la production. Nous avons dû arrêter pendant six mois ».
Utilisant un laboratoire moderne, mais fidèle à la tradition et à l’ancienne recette, le dentifrice continue à être produit semi-artisanalement, sans utiliser d’ingrédients d’origine animale et toujours dans le but de donner à ses produits la meilleure qualité, grâce à un contrôle très rigoureux.
Cette «pâte médicinale» a contribué de manière décisive au changement des habitudes d’hygiène bucco-dentaire des Portugais et a également été pionnière – il y a plusieurs décennies – au niveau publicitaire, produisant des campagnes télévisées qui ont marqué l’histoire de la télévision Portugaise, et des affiches captivantes et amusantes.
La marque Couto fabrique également de nombreux autres produits tels que de la Vaseline, une crème déodorante, de l’eau oxygénée, “Petróleo Olex” – un soin pour les cheveux – et, bien sûr, l’un de ses produits les plus historiques, “Olex Restorer”, pour “rajeunir” les cheveux.
Dorénavant la marque se modernise et crée de nouveaux produits. En 2017, elle a lancé une crème pour les mains, un savon et une crème hydratante pour le corps et, parait-il, a encore bien d’autres idées à développer.
Chaque année 500 000 tubes de pâte médicinale Couto sont produits, dont 10% sont destinés à l’exportation. L’Italie et les États-Unis sont les principales destinations étrangères pour le dentifrice. Au Portugal, il se vend en pharmacie, mais aussi dans les drogueries, les supermarchés, les magasins exclusifs de produits nationaux et même dans les magasins chinois. Quant au prix, il varie entre €1 et €2,50. Pas cher pour des dents saines et un sourire éclatant!

NOTRE VERDICT
Texture: Une pâte blanche légère.
Goût: Très frais, à la menthe poivrée
Résultat: Une bouche et une haleine fraîches pendant des heures après avoir brossé ses dents. Quant aux affections buccales … rien à l’horizon!

www.couto.pt

Share this story

PinIt