Cap sur la côte Ouest de l’Algarve

Photo: Vasco Célio

Photo: Paul Bernhardt

Slide Heading 3

Photo: Paul Bernhardt

Promenez-vous sur la côte sauvage de l’Algarve 

La côte ouest de l’Algarve est vraiment le Far West. Ses imposantes falaises escarpées, ses plages cachées et presque désertes, et vagues puissante qui attirent les surfeurs à la recherche d’adrénaline, font paraître toutes les plages familiales de la côte sud, à des piscines bordées de sable. Les pêcheurs locaux ont baptisé les imposantes falaises de la côte ouest de l’Algarve “les gardiennes de la mer” et “gardiennes des vagues”.

Pourtant, cela est à bien moins d’une heure de voiture de Lagos, et les visiteurs semblent avoir été transportés dans un tout autre monde. L’ancienne Aljezur, la première grande ville sur la côte ouest, à peine à 40km de Lagos et de Praia da Luz, un voyage de 35 minutes le long de la N120, offrant trois magnifiques plages pour les familles et les enthousiastes du surf. Cependant une partie du paysage, d’une beauté naturelle et si sauvage, donne peine à croire qu’il y a eu depuis des siècles une présence humaine. Son caractère ne changera jamais car maintenant elle est protégée par le parc naturel de la Costa Vicentina, couvrant 80 km de la côte Algarvienne, de Burgau à Odeceixe.

Si vous envisagez une journée le long de la côte ouest de l’Algarve, jusqu’à la frontière avec l’Alentejo à Odeceixe, vous devez d’abord suivre la N125 en direction du Cap Saint-Vincent. Prenez la N268 à Vila do Bispo, et suivez les panneaux indiquant “Aljezur” en passant les turbines géantes d’un parc d’éoliennes, suivez la longue route bordée d’arbres. À l’approche de Carrapateira tournez à gauche et suivez l’indication Praia do Amado, conduisez trois kilomètres à travers les collines sur une route goudronnée et votre première plage de la côte ouest apparaît devant vous, les rochers, les éclatantes étendues de sable, les vagues rugissantes se jetant sur le sable.

Ensuite, vous avez le choix de passez sur la pointe des falaises, sur une piste cahoteuse, mais large et sûre, qui émerge au-dessus de la vaste étendue de la plage de Carrapateira, avec ses dunes et la rivière, ou de repartir sur la N268, et tourner à gauche et à quelques centaines de mètres vous trouverez le petite ville. Arrêtez-vous à Carrapateira pour le déjeuner, ou bien passez le petit village de Bordeira en direction des vallées et des collines qui abritent une grande variété de flore et faune – sangliers, renards, blaireaux, chats sauvages et des lapins, des aigles de mer, faucons, moineau faucons, hiboux, hérons, cigognes, colombes, aigrettes, mouettes, et les belles chansons des rossignols.

Ici, près de Vale Figueiras et sa plage, vous tournez à gauche au panneau “Monte Novo / Vale Figueiras” – vous y trouverez un choix d’activités sportive telles que de la marche, randonnées en vélo et à cheval, quad et 4×4 tout-terrain. Maintenant suivez la direction d’Aljezur, à seulement 6 km du point où la N268 croise la N120, de Lagos à Sines. Juste avant d’atteindre la ville, montez la colline à votre gauche, une route, large mais à pic, indiquant Monte Clerigo, Arrifana et Vale da Telha, et à la jonction en T au sommet, suivez le signe pour Monte Clerigo.

Trois ou quatre minutes plus tard, suivant les virages de la route perchée au-dessus de la mer, la magnifique plage et les vieilles maisons de Monte Clerigo (“la colline de l’ecclésiastique”) apparaissent dans toute leur gloire. Garez-vous dans la baie prévue pour admirer la vue et prenez vos photos, puis descendez pour faire un pique-nique sur le sable de cette plage à drapeau bleu, ou déjeunez dans un des cafés en bord de plage. Normalement pour arriver à Arrifana vous devez faire le tour du plateau de Vale da Telha, où habitent de nombreux expatriés britanniques, attirés par le rythme de vie plus clame et les prix étonnamment bas de l’immobilier.

Mais attendez! Laissez Arrifana pour la fin! Plutôt, retournez en arrière et explorez Aljezur en début d’après midi. Promenez-vous dans les rues étroites de l’ancienne ville, construite par les Maures au 10ème siècle, et montez jusqu’au château en ruine, perché sur son nid d’aigle au sommet d’une colline dominante, pour admirer une vue de la ville et des collines lointaines de Monchique, à couper le souffle!

La rivière d’Aljezur descend jusqu’à la plage d’Amoreira, accessible par une route goudronnée en direction de la périphérie de la ville. C’est une belle route, d’environ 5 ou 6 km, le long de la vallée du fleuve et vaut le détour, vous permettant de nager dans la mer, ou dans les larges et profondes piscines de la rivière, en aval de la vallée.

Ensuite poursuivez la route le long de la N120 en direction d’Odeceixe – le dernier village de l’Algarve, en passant par Rogil avec ses deux plages peu fréquentées, des collines verdoyantes et une forêt qui s’étend sur des kilometres de chaque côté de la route. Soudain, la route tombe à pic et tourne brusquement vers le bas d’une large vallée de rivières – à cet endroit la Ribeira de Seixe forme la frontière entre l’Algarve et l’Alentejo – et voici Odeceixe, la ville principale le long de la route, où se trouvent quelques maisons donnant sur les deux plages, quatre ou cinq kilomètres à l’ouest le long de la vallée.

Odeceixe (prononcé odd-say-sh) est une petite ville agréable, beaucoup de logements pour les visiteurs, une variété de restaurants et de bars sympathiques. Planifiez votre emploi du temps en laissant Odeceixe pour votre voyage de retour, afin de permettre de retourner à Vale da Telha, à travers le haut plateau d’Arrifana, pour le dîner. Ce joli port de pêcheurs est situé dans une petite baie avec de hautes falaises en fer à cheval qui protègent la plage à drapeau bleu, mais qui crée de grosses vagues au large quand les conditions sont bonnes, ce qui en fait un véritable paradis pour les surfeurs et body boarders.

Passez le parking à côté de la route escarpée, menant à la plage, jusqu’à ce que vous atteignez la petite Fortaleza en ruine. À côté se trouve le restaurant Arrifana, magnifiquement situé au-dessus de la mer avec une vue époustouflante, où le propriétaire décontracté, Miguel, prépare de délicieux plats, surprenant souvent ses clients avec des créations du jours. C’est un endroit idéal pour se détendre, boire un mojito avant le dîner, une caipirinha ou caipirosca et admirer le coucher du soleil sur les falaises ou de se balancer doucement dans un hamac pendu sur la terrasse, pendant que le soleil couchant dessine les silhouettes des ruines de la Fortaleza.

Mais ne buvez pas trop. Vous devez repartir, n’oubliez pas, c’est un voyage de 40 minutes ou 40 km de temps et de distance … mais des décennies de culture et de caractère!

Par Matt D’Arcy

Share this story

PinIt