Le peuple migrateur

D’hiver comme d’été, l’Algarve est un paradis pour les observateurs d’oiseaux avertis et amateurs.

António Manuel Marques est bien connu dans le milieu de l’ornithologie au Portugal. Il coordonne une station scientifique de baguage d’oiseaux, et a participé en octobre dernier au Festival d’Observation des Oiseaux et des Activités Naturelles de Sagres. Son intérêt pour les ovipares dure depuis plus de quatre décennies : « Autrefois, les gens chassaient illégalement avec des pièges. Je me suis donc intéressé à la conservation de la nature et aux questions de sensibilisation de la population. » Il est aujourd’hui bagueur officiel accrédité par l’Institute for Nature Conservation and Forests (ICNF).

Avec une petite équipe de trois personnes, Marques travaille bénévolement dans un poste d’enregistrement de l’ICNF, situé dans la zone protégée de Fonte da Benémola, à Loulé, un paradis pour les amoureux de la nature. L’objectif est de recueillir des passereaux à l’aide de filets verticaux spécialement conçus à cet effet (importés d’Angleterre ou de Finlande), qui ne nuisent pas aux animaux. « De septembre à décembre, de nombreuses espèces, comme la rouge-queue à front blanc, la cicadelle et l’oriole noir, se retrouvent ici pour migrer vers l’Afrique », explique-t-il.

L’ornithologue analyse chaque oiseau qu’il rencontre pour un diagnostic approfondi, lui place un nouvel anneau s’il n’en a pas, enregistre et partage les informations le concernant en ligne. Il mesure la taille de ses ailes, détermine son sexe et son âge, évalue l’état de son plumage, son niveau de graisse, sa masse musculaire et son poids : « Nous avons une fiche de terrain sur laquelle nous authentifions chaque spécimen. Ces informations sont ensuite saisies dans une base de données qui est constamment mise à jour »

Sur le terrain, il y a toujours des surprises, comme en juin dernier lorsque Marques a attrapé une oriole à tête d’or. À Loulé, il a déjà trouvé des sujets bagués aux Pays-Bas, en République Tchèque, en Pologne, en Suède, en Russie et en Norvège : « Par exemple, l’abilistada est un oiseau qui niche dans les taïgas sibériennes et devrait migrer en Asie. Mais au cours des cinq dernières années, il est venu en Algarve pour passer l’hiver. Quand le printemps arrive, il retourne chez lui ». Le spécialiste estime que la région fait partie d’une nouvelle route migratoire, probablement pour ses meilleures conditions météorologiques et selon lui, les animaux sont les premiers à signaler les effets du changement climatique : « Certains individus n’ont plus besoin de se déplacer vers leurs anciennes aires de nidification. Nous avons des populations de piscicoles et de petits félins qui résident au Portugal, et ce n’était pas le cas dans le passé. Chaque oiseau raconte une histoire. »

L’information recueillie aide également à déterminer les taux de survie et de reproduction associés à chaque espèce : « Pour moi, le rossignol commun est celui qui a une meilleure espérance de vie, car il vient très tôt d’Afrique, nidifie, puis repart. Leurs taux de survie est d’environ 75 %, ce qui est assez élevé, contrairement à nos chardonnerets rouges (1 à 2 %) ».

Les jours de pluie et de vent ne sont pas propices au baguage scientifique, mais malgré cela, Marques espère placer entre trois et cinq mille bagues par an. Pour ce faire, de nombreuses stations sont à disposition des ornithologues à Quinta da Rocha, à Ria de Alvor, à Portimão et une autre, plus récente, à Fonte Filipe, ainsi qu’à Querença et Loulé. Par ailleurs, l’observation des oiseaux est de plus en plus populaire en Algarve : « Nous avons toutes les conditions nécessaires. La région possède déjà plusieurs observatoires dans des endroits comme Vilamoura, Quinta do Lago, Quinta do Marim (à Olhão), et les réserves naturelles de Castro Marim et Vila Real de Santo António. Aujourd’hui, il n’est plus nécessaire d’aller dans les marais salants. »

Le spécialiste Gonçalo Elias, qui se consacre à cette même étude depuis 1987, partage un avis identique. Il est l’auteur et le co-auteur de plusieurs livres sur les espèces portugaises et les meilleurs endroits pour les contempler : « La région algarvienne est intéressante tout au long de l’année pour cette activité, car elle se trouve sur un important corridor migratoire. C’est une zone riche en espèces de type méditerranéen, absentes d’Europe centrale et septentrionale. On peut trouver des faucons crécerelles gris, des flamants, des caïmans, des échasses, des mouettes d’Audouin, des traquets oreillards, des accenteurs alpins, des pies à ailes bleues, des étourneaux noirs et des moineaux espagnols. » Interrogé sur les suggestions qu’il ferait à ceux qui nous rendent visite, Elias recommande de commencer l’aventure d’une manière simple : « Je propose une visite au site Aves de Portugal. Il s’agit d’un projet totalement volontaire, développé pour toutes les personnes qui veulent vivre ou approfondir l’analyse des volatiles de façon autonome. Cet endroit fournit, entièrement gratuitement, des informations détaillées sur toutes les races sauvages présentes au Portugal, avec des suggestions sur les meilleurs points d’intérêt à visiter, tant en Algarve que dans le reste du pays ».

En début d’année, une application mobile dédiée à la pratique de l’ornithologie, Followbirds, a également été lancée. Ce dispositif est un guide de terrain, avec une base de données de centaines de spécimens, et comprend des informations sur les zones idéales pour cette pratique, ainsi que les services d’accompagnateurs certifiés, et les routes qu’ils proposent tout au long de l’année.

André Pinheiro, est responsable de la 10e édition du Festival d’observation des oiseaux de Sagres, organisée par l’association environnementale Almargem, qui s’est déroulée du 10 au 13 octobre : « Plus de 200 activités, dont la majorité était gratuite, ont été programmées. Cette année, nous avons réussi à établir de nouveaux partenariats avec des entités comme l’Agence portugaise de l’environnement (APA) et l’ICNF, avec des propositions sans précédent. Cependant, nous avions aussi des ateliers payants, comme des visites guidées et l’observation des dauphins. Chaque année, nous accueillons de plus en plus de visiteurs, même si nous ne voulons pas qu’il s’agisse d’un événement de masse. Lors de cette dernière édition, les enfants ont été mis à l’honneur et des participants de plus de 30 nationalités différentes sont venus. »

Mais qu’est-ce qui rend la pointe la plus occidentale du Portugal si spéciale pour l’ornithologie ? « C’est l’emplacement stratégique de Sagres, confie André. Les oiseaux, qui migrent à l’automne, suivent les lignes de la Terre jusqu’au bord de la péninsule ibérique, pour se rapprocher de l’Afrique. Ceux qui peuvent voler le plus loin, les passériformes, partent de chez nous pour ensuite rejoindre le continent africain. »

 

Share this story

PinIt