Abondance Botanique

Dias de Aromas

Dias de Aromas cultive d’exquises herbes aromatiques à São Brás de Alportel

Texte Bruno Pires
Photos Hélio Ramos

Dans l’ancien temps, le gomphréna était courant dans les thés et les infusions médicinales. Aujourd’hui, il est le complément parfait d’un gin original et irrésistible, ou pour ajouter une explosion de couleurs aux sushis servis dans un restaurant japonais branché à Faro. Maintenant, imaginez ce que vous pouvez faire avec les 36 variétés de plantes aromatiques et herbes de Dias de Aromas, une ferme d’herbes biologiques à São Brás de Alportel.

Un couple ambitieux s’est établi dans une propriété familiale oubliée, au milieu de collines et de sentiers de terre battue, et a pensé y faire quelque chose de nouveau; de l’agriculture, mais différente. Leur premier amour fut le poivre de Cayenne, première étape dans ce qui serait une incursion réussie dans le créneau des condiments en poudre. Cependant, Nuno Dias et Laura Mendonça ont rapidement réalisé l’ampleur du marché potentiel à leur portée: ces herbes spéciales font partie de la culture populaire, du savoir-faire traditionnel, et maintenant elles sont de nouveau à la mode. Redécouvertes par une nouvelle génération de grands chefs et d’autres créateurs Algarviens en quête de fraîcheur et de qualité, le boom de la demande est maintenant tel que les commandes sont faites tous les jours et continuent de croître. Nuno Dias, un économiste lié à l’industrie du tourisme, a une explication naturelle: “Les grandes exploitations cueillent, par exemple, deux ou trois tonnes de basilic, les réfrigèrent et les distribuent en suite. Ici, les chefs passent leurs commandes et, le jour même, les herbes sont cueillies, emballées et livrées”.

L’aneth et le thym-citron – deux commandes fréquentes – arrivent aux cuisines, au plus tard, le matin suivant la récolte. Livrés par deux distributeurs indépendants, ils ont encore l’odeur de la rosée et de la terre. Cette année, pour la première fois, ils ont planté des oignons de printemps. “Ils ont été si bien reçus que nous avons tout vendu dès la première commande”, note Laura Mendonça.

Les échinacées fleurissent dans des tons pourpres, à proximité du jardin expérimental où poussent les délices des chefs: mizuna rouge, bette à carde, chicorée et même une variété de sauge saveur ananas.

Nuno et Laura ont appris qu’il y a bien plus au-delà du “refogado” habituel – l’huile d’olive et l’oignon qui sont la base de la plupart des plats portugais dans lesquels ces herbes aromatiques ont tendance à être utilisées. Toutefois, ils sont parfois surpris par le potentiel d’innovation de leurs propres produits. Récemment, au restaurant Emo Gourmet à Vilamoura, on leur a servi des boissons décorées d’un ornement familier: une petite tige verte robuste. “Ils utilisent le bulbe de notre citronnelle pour parfumer le gin. Ils font de petites incisions pour libérer la citronnelle, qui libère un arôme de citron puissant”, explique Laura Mendonça, qui a un diplôme en gestion d’entreprise. Elle a travaillé dans le secteur bancaire pendant 13 ans, mais l’a quitté pour se consacrer à plein temps à ce projet agricole familial. “J’ai radicalement changé ma vie. Je dis souvent que mon esprit est libre quand je travaille dans les champs”.

L’idée de la ferme a commencé à prendre forme en 2011. Avec l’aide de fonds communautaires, ils ont investi environ €230.000. Un revers inattendu fut l’électrification de la colline de Murta, qui était trop éloignée du réseau électrique, mais un système solaire écologique et indépendant a résolu le problème. Ce système bien géré a assez d’énergie pour faire circuler 50.000 litres d’eau par jour pour l’irrigation. “Ce qui est intéressant, car cela nous prouve que ce devrait être la norme. Si nous étions limités en terme d’énergie, nous gérerions notre vie d’une manière différente. Nous économiserions certainement de l’argent”, estime Nuno Dias.

Alors, quel est leur point de vue sur la mondialisation? “Les gens nous demandent souvent: Exportez-vous? Jusqu’où? Combien de tonnes? Nous voulons investir localement; fusionner l’agriculture, les herbes aromatiques et le tourisme. Nous sommes ouverts à d’autres activités à la ferme”. Par exemple des visites guidées avec dégustation de thé, des ateliers, des dégustations au coucher du soleil, pique-niques et même des événements culturels. L’intérêt actuel pour le régime méditerranéen et l’émergence de restaurants dans le cadre du mouvement slowfood sont des tendances adoptées par Dias de Aromas, tandis que des partenariats avec d’autres entreprises locales et entrepreneurs sont également cruciaux. La dernière collaboration qu’ils ont établie fut avec un artisan qui fait des savons au lait d’ânesse avec du gomphréna et de l’essence d’orange.

Suite à son succès, Dias de Aromas continuera également à se concentrer sur le tourisme, en particulier pendant la basse saison. “Nous allons mettre en place une opération de tourisme pour les séniors, jusqu’en mai 2016. Chaque semaine, nous recevrons une visite de groupe”, ajoute Nuno Dias.

Un groupe de botanistes portugais et une association privée de médecins britanniques ont également déjà prévu leur visite. Avec un peu de chance, ils pourraient peut-être repérer le lézard ocellé (Lacerta lepida), “le plus grand en Europe”.

“C’est du tourisme d’émotions”, conclut Laura Mendonça. “De nos jours beaucoup de gens n’ont plus de contact avec la nature, et ils oublient la quantité d’arômes et de saveurs différentes qu’elle possède”.

www.diasdearomas.pt

Share this story

PinIt