Une affaire familiale

Quinta de Sant'Ana

À la Quinta de Sant’Ana, James Frost ne se repose jamais tant que « le vi-gnoble n’est pas entretenu, ses invités heureux et ses enfants sont au lit! ”

Texte Alexandra Stilwell

Imaginez-vous sur le plateau du film La Mélodie du Bonheur, mais bien au Portugal. Une magnifique campagne, des collines couvertes de vignes, une maison familiale qui bourdonne avec sept beaux jeunes garçons et des chambres d’hôtes sans égal : c’est la Quinta de Sant’Ana.
J’avais entendu parler de cet endroit charmant par plusieurs amis qui avaient déjà été à la foire annuelle des vendanges, organisée chaque année par la famille, le dernier dimanche d’octobre. Ils m’ont parlé de l’emplacement idyllique du domaine et de l’incroyable hospitalité de cette famille nombreuse, réputée pour ses superbes fêtes. Je devais voir tout cela par moi-même!
À seulement une demi-heure au nord de Lisbonne, près de Mafra, la propriété de 40 hectares est située sur les pentes d’une vallée verdoyante. En janvier dernier, alors que je descendais une route étroite et sinueuse, j’aperçus de loin la tour d’une chapelle de couleur jaune vif et un grand palmier, les emblèmes de la Quinta. C’est là que James Frost et son épouse allemande, Ann von Fürstenberg, ont créé leur entreprise : une maison de famille qu’ils partagent avec ceux qui aiment la nature, le vin et le confort.
James, un Anglais originaire de Dorset, m’a montré la Quinta un après-midi d’hiver, froid et ensoleillé, et m’a raconté que ses beaux-parents avaient acheté la propriété en 1969 et y avaient habité jusqu’en 1974, date à laquelle ils sont retournés en Allemagne à cause de la Révolution portugaise.
Il a rencontré Ann en Allemagne quand il était à l’armée et elle l’a convaincu de déménager au Portugal en 1992 afin de prendre possession du domaine de sa famille. Ils ont commencé par se concentrer sur le tourisme et les événements, le vin viendrait plus tard. Ils ont converti plusieurs chalets pour accueillir des invités et louaient des chambres d’hôtes dans la maison principale jusqu’à ce que la famille devienne trop grande. L’ancien moulin et le magasin de la ferme ont été transformés en une salle de banquet, qui aujourd’hui accueille des mariages et des fêtes pour jusqu’à 200 invités.
Mais ce qui m’intéressait vraiment était la cave. La propriété produisait déjà du vin quand James et Ann sont arrivés, mais la qualité n’était pas vraiment bonne. Étant un veritable homme de la cam-pagne, James a retroussé ses manches, a replanté des vignes et a investi dans la nouvelle tech-nologie pour faire du vin de qualité. Le grand changement s’est produit en 2004, quand il a commencé à travailler avec le jeune vigneron António Maçanita, qui lui a été présenté par son ami et viticulteur David Booth. Ils ont continué à planter des vignes et ont aujourd’hui un total de 11,5 hectares, et en planteront encore plus.
Ils produisent 50 000 bouteilles par an, distribuées à l’échelle nationale par le biais de la Fladgate Partnership et à l’internationale par l’intermédiaire de marchands de vin indépendants. Leur but est la qualité et non la quantité, ainsi que d’avoir des variétés intéressantes. “Nous avons un mélange de cépages portugais et étrangers. Dans les blancs nous avons du Riesling, dans les sols les plus profonds de la Quinta, du Sauvignon Blanc à la base du vignoble et d’autres blancs de l’autre côté de la colline : Fernão Pires, Verdelho, Alvarinho et Arinto. Les blancs sont plantés dans des sols vraiment profonds où ils ont beaucoup de fraîcheur et les rouges sur les pentes supérieures où ils ont des sols moins profonds, plus de soleil et plus de stress, tout cela aide à la maturation des rai-sins », explique James.
Étant si près de la côte atlantique, à à peine 12 km, l’emplacement est parfait pour la production de vin. « Nous sommes en fait dans une région assez fraîche du Portugal, près de la mer, dans les collines, nous avons des nuits froides en été et les matins sont assez brumeux. Ensuite, nous avons du soleil et de la chaleur dans l’après-midi. C’est l’idéal. » James profite de cet endroit pour donner à chaque cépage les meilleures conditions pour pousser et révéler tout leur potentiel, tout en produisant du vin bio. “Il n’y a pas d’herbicides, pas de pesticides et ça marche. Nous avons presque terminé la période de conversion. À la fin de la récolte cette année, nous aurons des raisins biologiques. ”
Actuellement, ils produisent six vins blancs, tous mono-cépages : Fernão Pires, Alvarinho – vieilli en fûts de chêne pendant 10 mois, Riesling, Verdelho, Sauvignon Blanc et un Arinto qui sera bientôt lancé en tant que Reserva. Le rosé est un mélange de Touriga Nacional, d’Aragonez, de Merlot et de Pinot Noir. Quant aux rouges, ils produisent un Pinot Noir concentré et léger et un “Tinto”, un mélange de Touriga Nacional, d’Aragonez et de Merlot.
Bien que le Pinot Noir se soit avéré très populaire, ils viseront à travailler avec plus de raisins por-tugais à l’avenir. Par exemple, au lieu du Pinot Noir, ils utiliseront le Ramisco, un cépage de la région de Colares près de Sintra, avec lequel ils expérimentent déjà et qui sera bientôt mis en bouteille.
Ils produisent occasionnellement des mono-cépages Touriga Nacional et Merlot et ont deux mé-langes très spéciaux – Homenagem Baron von Furstenberg, un vin « noble, élégant et complexe », un hommage au beau-père de James, et le Reserva rouge, un vin de couleur rubis avec des arômes de fruits rouges, une touche de menthol et d’épices.
Bien que les sept fils Frost ne soient pas encore impliqués dans l’entreprise familiale (la plupart d’entre eux étant encore trop jeunes), James espère qu’un jour ils seront attirés par la vinification. La pensée de la continuité de l’héritage Frost et de leur mode de vie pour de nombreuses générations à venir est une douce musique à mes oreilles.

www.quintadesantana.com
Quinta de Sant’Ana
2665-113 Gradil
Rua Direita 3, Mafra, Portugal.
Tel: 00 351 261 963 550

Share this story

PinIt