Adega Velha

Adega Velha

Vin, gastronomie et « cante alentejano » : le meilleur de la région vous attend dans cette ancienne cave à vin, au coeur du village de Mourão.

Texte Alexandra Stilwell

ll y a longtemps que je voulais découvrir le restaurant Adega Velha (Ancienne Cave) à Mourão, dans l’Alentejo profond. On m’en avait beaucoup parlé et dit le plus grand bien mais, à deux heures de route de Lisbonne, c’était un long chemin à parcourir pour un seul déjeuner. Alors quand les fils du propriétaire, amis de longue date, m’ont invitée à passer un week-end gastronomique avec eux, je n’ai pas hésité.
Mourão est une petite ville, ou plutôt un village, situé sur la rive gauche du fleuve Guadiana, à quelques kilomètres de la frontière espagnole. Connu pour son château et ses corridas, il est aujourd’hui surtout visité par des gourmets, venus découvrir ce restaurant profondément alentejano.
Au-delà de sa gastronomie typique et de sa décoration rustique, ce petit établissement est connu pour deux traditions locales : le vin, fait dans des amphores en terre cuite, et le « cante alentejano », un chant polyphonique de l’Alentejo, reconnu par l’Unesco comme patrimoine culturel immatériel de l’humanité.
Repris par des chœurs mixtes, sans accompagnement musical, le cante alentejano est une manifestation populaire typique de la région. S’il est aujourd’hui exclusivement chanté par des chorales, dont certaines ont presque un siècle d’existence, ce genre musical, qui évoque les sentiments et les moments du quotidien, trouve ses origines dans des contextes informels. En effet, on l’entonnait autrefois lors des journées de travail à la campagne, ou pendant les soirs de fête.
C’est au sein de cette ancienne cave à vin, dans une rue étroite au coeur de Mourão, que les villageois perpétuent cette tradition, en s’y réunissant pour boire un verre et chanter. L’établissement appartient à la famille Bação depuis bien longtemps, après été loué à un producteur de vin durant un certain temps. Il y a vingt ans, Joaquim Bação l’a repris et a créé ce restaurant, afin d’y faire vivre ses passions qu’il partage en famille, avec ses amis et tous ceux qui aiment et sont curieux des bonnes choses de l’Alentejo. Joaquim produit lui-même le vin dans de grandes amphores qui ornent le lieu. Ces énormes récipients sont remplis d’un nectar rubis servi dans des pichets pour accompagner les plats gastronomiques de la région.
Le patron a gardé la décoration d’antan, le sol en schiste dénivelé, les plafonds bas et les couloirs aux arches voutées longés de bancs en bois. Dans la première pièce se trouve la principale attraction du restaurant, un grand bar auquel on boit un verre et on chante. Aux murs se trouvent d’anciennes affiches de corridas et d’évènements régionaux, ainsi qu’une aquarelle du maître des lieux. Joaquim est une personnalité locale, aimé de tous. Ici, on est chez lui. Il nous accueille à bras ouverts et nous invite à déguster son vin et des plats préparés, fort d’un savoir-faire transmis depuis plusieurs générations.
Sur le mur au fond de la deuxième pièce, des étagères sont couvertes d’anciens postes de radio, une collection unique et enviable, et dans la pièce suivante, un immense vaisselier ancien rempli de verres, porcelaines et bouteilles de vin. Les longues tables en bois aux nappes blanches nous invitent à participer à une expérience gastronomique typique, durant laquelle Joaquim passe de table en table pour bavarder avec ses clients, ses invités, un verre dans une main et un cigare dans l’autre.
À table, nous commençons avec le pain alentejano à la mie moelleuse, des olives et un fromage frais de brebis fait maison. Puis des petites saucisses braisées et des asperges cueillies dans les champs de Mourão. Ici, elles sont servies avec des oeufs brouillés et de la saucisse.
Une fois “échauffés”, nous passons aux plats principaux. Le « cozido de grão » (ragoût de pois chiche) est délicieux, composé de viande, de saucisse et d’un peu de menthe. Le porc rôti est aussi immanquable. Il y a aussi du perdreau et du lièvre. Si vous voulez du poisson, la « sopa de cação » vous ravira : une soupe régionale à la roussette, une espèce de petit requin, avec du pain et beaucoup de coriandre. Tout cela est servi à table dans des récipients en argile traditionnels et, bien sûr, accompagné du vin de Joaquim.
Attention, ne venez surtout pas si vous êtes au régime, il faut pouvoir profiter de l’expérience au maximum et terminer avec le dessert de la maison, à base de sucre et de jaune d’oeufs. Nous avons cédé à la tentation. Et, pour les plus courageux, pourquoi pas encore un petit digestif !

Restaurant Adega Velha
Rua Joaquim José Vasconcelos Gusmão, 13. 7240 Mourão
Tél. : 266 586 443 | Mail : adega.velha.mourao@gmail.com
Ouvert de 11h à 15h et de 18h à 22h | Fermé le dimanche soir et le lundi.

Share this story

PinIt