La course à l’or vert de l’Algarve incite une ONG à préparer une plainte auprès de l’UNESCO

Avocados

Dans une déclaration percutante adressée à la presse, l’ONG environnementale Almargem a déploré ce qu’elle appelle «l’irresponsabilité du conseil agricole régional» à propos d’une monoculture d’avocats dans l’ouest de l’Algarve, qualifiée de «plus grande plantation d’avocats d’Europe».
La question aborde la sanction du conseil d’administration de ce qu’Almargem appelle la « destruction » de vastes étendues de « vergers de terres arides » (arbres indigènes qui survivent sans irrigation) autour de Barão de São João, au nord-ouest de Lagos, en faveur de l’agriculture intensive, dans ce cas, d’avocats qui “sont le nouvel or vert du monde”.
Almargem déclare qu’ils « préparent une plainte à l’UNESCO » appelant à l’intégration de l’Algarve dans la zone protégée classée patrimoine culturel humanitaire de la Diète méditerranéenne.
Comme l’explique Almargem, la société en charge – CITAGO, basée à Benafim, Loulé – s’est engagée à étendre son projet à des terres « également occupées par des arbres indigènes ».
De nouveaux espaces à aménager s’élèvent vers le golf d’Espiche où la devise est « au cœur de la campagne préservée »
« La campagne préservée ne comprend certainement pas de désherbants ni d’autres insecticides comme le glyphosate, qui est dangereux, utilisés par CITAGO, et qui ont provoqué une baisse significative du nombre d’oiseaux et d’insectes dans la région au cours des dernières années, au-delà de l’augmentation évidente de la consommation d’eau stockée dans des aquifères souterraines », indique la déclaration.
Pour les résidents luttant pour l’équilibre, la déclaration d’Almargem n’aurait pas pu mieux tomber. Les espoirs se fondent maintenant sur le dialogue et les compromis à venir.

Share this story

PinIt